Aménagements cyclables

Accotement asphalté

Un accotement asphalté en bordure d’une route peut servir aux déplacements des piétons et des cyclistes, de même qu’à l’arrêt momentané des véhicules, même si le stationnement y est généralement interdit. Cela le distingue de la bande cyclable, qui est réservée exclusivement à la circulation des cyclistes et où l’arrêt des véhicules est prohibé.

 

Photo : Bartek Komorowski

Classe de voie cyclable :

visuellement séparée

Contexte :

périurbain ou rural

Type de route :

locale, collectrice ou artère

Mise en œuvre :

modification de l’existant ou construction

AVANTAGES 

Accroît le confort et la sécurité des piétons et des cyclistes qui circulent à l’écart des voies de circulation automobile.

Protège la partie extérieure de la chaussée des voies de circulation contre les dégradations causées par les véhicules lourds.

Diminue le risque de perte de contrôle des véhicules qui débordent des voies de circulation.

 

DÉSAVANTAGES 

Sécurise peu les cyclistes moins expérimentés.

N’offre aucune protection contre l’empiétement et l’obstruction par les véhicules.

 

CONDITIONS D’IMPLANTATION 

Les normes du ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports du Québec (MTMDET) exigent des accotements asphaltés lorsqu’un itinéraire cyclable est implanté sur une route en milieu rural où le débit quotidien atteint :

  • 1000 véhicules, ou ;
  • 250 camions.

La route où est implanté un accotement asphalté doit comporter:

  • une vitesse maximale de 40 à 90 km/h ;
  • un débit de circulation inférieur à 8000 véhicules/jour ;
  • un débit de piétons est faible.

Un aménagement cyclable autre qu'un accotement asphalté devrait être envisagé dans les contextes suivants :

CONCEPTION

L’accotement asphalté est séparé de la chaussée automobile par une ligne blanche. La largeur minimale de l’accotement asphalté varie de 1,0 m à 1,75 m selon le débit de circulation et la vitesse affichée. Une largeur supérieure à 1,75 m n’est pas recommandée afin d’éviter que les automobiles y circulent.

MISE EN OEUVRE

Il y a lieu d’asphalter à l’intention des cyclistes un accotement de largeur suffisante et comportant un dévers maximal de 4 %. Un accotement trop étroit devra être élargi par le déplacement du fossé vers l’extérieur.

Il est recommandé d’inclure l’asphaltage des accotements dans tout projet de réfection de chaussée ou de reconstruction de route où le débit de circulation actuel ou projeté le justifie.

ENTRETIEN

Entretien estival

Les accotements asphaltés à l’intention des cyclistes doivent généralement être balayés au moins une fois après la fonte des neiges, dans le but d’enlever la poussière et les débris accumulés pendant l’hiver. Le reste de l’année, le balayage est effectué au besoin, lorsque le ruissellement de l’eau de pluie ne suffit pas à lessiver poussière et débris hors de la partie asphaltée de l’accotement.

Entretien hivernal

Normalement, les accotements asphaltés sont déneigés en même temps et par les mêmes machines que les voies adjacentes, et la neige est accumulée sur la partie extérieure de l’accotement et dans le talus du fossé. Un accotement ne sera praticable à vélo que s’il est dégagé et exempt de neige durcie et de blocs de glace.

VÉLOSYMPATHIQUE est une marque de certification de Vélo Québec Association.

© Copyright 2017, Vélo Québec.
Tous droits réservés.

Votre agence Web

VÉLOSYMPATHIQUE est une marque de certification de Vélo Québec Association.

© Copyright 2017
Vélo Québec
Tous droits réservés