Aménagements cyclables

Sentier polyvalent

Un sentier polyvalent est une voie partagée par les piétons et les cyclistes, implantée dans une emprise routière ou hors route. Lorsque cet aménagement est réalisé le long d’une route, il fait office de voie à la fois piétonne et cyclable. Selon les règlements en vigueur, le sentier polyvalent peut également être accessible aux autres usagers non motorisés (patineurs, usagers de planches à roulettes ou trottinettes, etc.).

 

Photo : France Dumesnil

Classe de voie cyclable :

séparée physiquement

Contexte :

périurbain ou rural

Type de route :

hors route ou dans l’emprise d’une artère 

Mise en œuvre :

construction

AVANTAGES 

Répond aux besoins des piétons et des cyclistes de différents niveaux de compétence.

Coûte moins cher à construire et à entretenir que des aménagements distincts à l’usage des piétons et des cyclistes.

Permet un entretien hivernal indépendant de l’entretien routier, selon des techniques et une fréquence mieux adaptées aux besoins des piétons et des cyclistes.

 

DÉSAVANTAGES 

Engendre potentiellement des conflits entre piétons et cyclistes.

Aux intersections, engendre potentiellement des conflits entre automobilistes et cyclistes, en particulier quand ces derniers circulent en sens inverse des voitures dans la voie adjacente.

 

CONDITIONS D’IMPLANTATION 

Le sentier polyvalent s’implante hors route ou le long d’une route à faible achalandage piéton. Le sentier polyvalent est approprié lorsque plusieurs des caractéristiques suivantes sont présentes :

  • Deux voies ou plus par direction.
  • Limite de vitesse de 50 km/h ou plus.
  • Faible densité de résidences et de lieux de travail.
  • Bâtiments jouissant d’une importante marge de recul entre leur façade et la voie de desserte.
  • Distance moyenne de 300 m ou plus entre les intersections et les entrées charretières.
  • Maximum de 300 usagers (piétons + cyclistes) à l’heure.
  • Maximum de 30 % des usagers sont des piétons.

Un aménagement cyclable autre qu’un sentier polyvalent devrait être envisagé dans les contextes suivants :

  • Achalandage important de piétons et de cyclistes : privilégier une piste cyclable en site propre et un sentier piéton parallèle.
  • Le long d’une route en milieu bâti avec commerces ayant pignon sur rue ou une distance moyenne de moins de 300 m entre les intersections et les entrées charretières : privilégier une piste cyclable sur chaussée ou une piste cyclable surélevée avec un trottoir de chaque côté de la rue.

CONCEPTION

Hors route

Un sentier polyvalent hors route peut être doté de panneaux indiquant les types de véhicules qui y sont interdits :

Ces panneaux sont installés de part et d’autre des routes croisées par le sentier. Si on observe ou on appréhende l’utilisation du sentier par des véhicules, on peut aussi installer d’autres mesures dissuasives telles que des bornes ou des barrières limitant l’accès aux véhicules.

La largeur recommandée d’un sentier polyvalent est de :

  • 4,0 m sur un axe achalandé ;
  • 3,0 m sur les autres axes.

Une largeur minimale de 2,5 m est acceptable sur de courtes distances en cas de contrainte majeure.

Un dégagement latéral de 1,0 m est recommandé de chaque côté du sentier. Un dégagement minimal de 0,5 m est requis.

Dans une emprise routière

Dans une emprise routière, un sentier polyvalent peut être doté des éléments de signalisation suivants en vue d’indiquer qu’il est réservé aux piétons et aux cyclistes :

Si le sentier polyvalent est directement adjacent à la chaussée et que le stationnement sur rue est permis, une zone tampon d’au moins 0,5 m de largeur est requise entre le sentier et la chaussée afin de protéger les cyclistes de l’emportiérage. Dans les autres cas, une séparation d’au moins 1,0 m de largeur entre le sentier et la chaussée est requise dans le but d’assurer le confort et la sécurité des cyclistes qui circulent dans le sens opposé des véhicules.

MISE EN OEUVRE

Hors route

L’implantation d’un sentier polyvalent hors route nécessite une emprise assez large pour accommoder le sentier et son dégagement latéral. Dans un milieu urbain ou périurbain, si l’installation d’un système d’éclairage est souhaitée, le câblage électrique devra être installé dans l’emprise du sentier.

Dans une emprise routière 

Le sentier polyvalent est un aménagement qui peut être implanté dans une emprise routière soit au moment de sa construction, soit après, si l’espace est suffisant. Lorsqu’on implante un sentier polyvalent dans l’emprise d’une route existante, les contraintes suivantes peuvent entraîner des interventions coûteuses :

  • déplacement des lampadaires ;
  • déplacement des poteaux électriques ;
  • canalisation de fossés.

Si l’espace dans l’emprise est limité ou s’il y a des contraintes qui ne permettent pas de dégager une largeur suffisante, prendre en considération l’aménagement d’accotements asphaltés. Cette solution est envisageable uniquement s’il y a peu de piétons.

ENTRETIEN

Entretien estival

Le sentier polyvalent doit généralement être balayé après la fonte des neiges, dans le but d’enlever la poussière et les débris accumulés pendant l’hiver. Le reste de l’année, le balayage est effectué au besoin, uniquement si le ruissellement de l’eau de pluie ne suffit pas à lessiver poussière et débris hors du sentier.

La végétation de part et d’autre du sentier doit être entretenue au cours de la saison.

Entretien hivernal

Le sentier polyvalent est déneigé et déglacé indépendamment des voies de circulation. Il est possible d’utiliser des techniques d’entretien adaptées aux voies piétonnes et cyclables telles que le déneigement par balai rotatif et le déglaçage par saumure.

VÉLOSYMPATHIQUE est une marque de certification de Vélo Québec Association.

© Copyright 2017, Vélo Québec.
Tous droits réservés.

Votre agence Web

VÉLOSYMPATHIQUE est une marque de certification de Vélo Québec Association.

© Copyright 2017
Vélo Québec
Tous droits réservés